Archive pour novembre, 2007

L’homme de trois-quarts.

Posted in Dessin+texte on novembre 30, 2007 by marina

                                    never-forget.jpg

Dessiné entre Toulouse et Albi. Je sais pas pourquoi il me fait un peu pitié, j’ai un peu mal au coeur pour lui, depuis le début. J’ai voulu l’endurcir un peu sur photoshop, pour le protéger, lui construire une carapace de pixels,le rendre plus fort..mais il me fait toujours de la peine.

Publicités

Living Yoko (once) again…

Posted in Dessin+texte on novembre 26, 2007 by marina

2742752904.jpg

 

Voilà, aujourd’hui encore je quitte ton univers, Yoko. J’ai fini Amours en Marge et comme chaque fois que je finis un de ses livres, j’ai un pincement au coeur, mais je sais qu’il m’en reste encore un ou deux à découvrir, et qu’elle en écrira encore, alors…

Et comme après chaque dernière page lue, quand il faut se résoudre à fermer le livre (que je réouvrirai surement pour le relire un jour), je me sens un peu bizarre et aussi, surtout, pleine de gratitude pour ce voyage fait grâce à ses mots.

Je ne sais pas si cet ‘hommage’ est digne, mais il est sincère et je le voulais et je l’ai fait, le coeur au bout des doigts. J’ai dessiné Yoko Ogawa.

 

 

yoko.jpg

 

yoko2.jpg

Merci Yoko Ogawa,

et à bientôt.

Bonne nuit…

Avec un oeil en papier.

Posted in Dessin+texte on novembre 25, 2007 by marina

Ah oui, quand même…04h30 tout rond.. Quand on sait qu’un enfant, Ô être inconditionnellement aimé quoiqu’il arrive (même quand il arrive qu’au tout petit matin il clame « ça y est, je suis plus fatigué!! »On se léve »), se fiche totalement de l’heure à laquelle vous vous êtes couché et se léve généralement vers 07h30 (tout rond aussi), je sens que ça va être dur..dans..ohla-va-che..3 heures. Mais bon. Je ne voulais pas me coucher sans avoir fait et déposé ici un dessin. Il était pourtant 3 heures du mat’ bien sonnées quand je me suis aperçue que je n’en avais rien fait.Alors voilà, d’après une photo tiré du film Adresse Inconnue de Kim Ki Duk, une jeune fille accroupie, avec un oeil en papier sur son oeil droit. Et maintenant, au lit, vite.

kim-ki.jpg

Bonne nuit…

La Petite Fille Super-Furax.

Posted in Dessin+texte on novembre 23, 2007 by marina

Voilà donc ce qu’un nanar peut me pousser à dessiner (ça m’énerve j’ai l’impression qu’il faut toujours que je surcharge à mort….là j’entends encore et toujours la voix de mon père, depuis que je suis toute petite « apprends à t’arrêter, quand le dessin est bien:arrête, sinon tu risques de gâcher »…oui pôpaaaaaaa….sauf que je le fais toujours pas)

la-petitfillefurax3.jpg

Friday Night Nanar et une scène d’anthologie!

Posted in Photo+texte, Texte on novembre 23, 2007 by marina

                                           le_concile_de_pierre.jpg

Je ne me mets dans le noir et en position statique pour regarder la télé que lorsque j’entreprends de vraiment regarder un bon film. Le reste du temps, la télé reste cependant allumée, me servant de ‘présence’ ou fond sonore, c’est à dire que bon..ça fait un petit truc animé dans un coin, c’est beaucoup moins bien que mon chat, mais ça pionce moins souvent.

Bref, ce soir donc, me voilà prise d’une envie de gribouiller et j’ai regardé Le Grand Journal de La Denise (oui, je sais, j’ai une vie trépidante en diable) et puis laissé tourné l’engin…

Vint donc le film. Le concile de pierre. Où l’on note que Monica Bellucci est certes trés belle, hein (je sais imiter son accent à merveille..si quelqu’un cherche une animation pour mariages/bar-mitsva) mais qu’elle a de putains de gros bras! Bref. Le film est un navet innomable. La preuve: même sur le journal TV qu’on achète prés des caisses à Marché Plus, ils disent que c’est mauvais. Non, sans rire, c’est mauvais de chez pas bon. Mais je m’en fous, je dessine, ça fait un fond sonore comme un autre et bien moins traumatisant que la Star’ac. Bref, je jette quand même un coup d’oeil de temps en temps (tiens, Monica decide comme une envie de pisser d’aller dans un bled perdu de Mongolie ben pof elle s’achète un billet et zou mémère, elle y va -comme la vie est simple, finalement). Et malgré la vacuité ébourrifante du scénario, le fait est que vers la fin, quand même, happés que l’on est de force par le vacarme de la bande-son (qui nous fait bien comprendre que ouhlala sonnez violons résonnez bontempi il va se passer quelque-chooooose…tataaaaa), on regarde de plus en plus.

J’en viens au fait. Je lève donc la tête de mon gribouillage de temps en temps, oh tiens un ours il est moumi comme tout, etc. Et…Ô joie (mais Ô combien méritée aussi, hein, après m’être fadé tout le film) une scène que je gratifie de l’épithète culte même si ça ne tient qu’à moi : à moment donné, la Deneuve, flanqué en hauteur avec un regard qui fout les méga-jetons (oui elle (sur)joue une méchante, bouh, la méchante vilaine traitre!) pointe une arme vers M’ame Monica. Bon bref là, on entend le poum du coup qui part et ouhlala feinte scénaristique tellement subtile et inédite, en fait c’est un gentil qui vient de tirer sur Cathoche, l’empêchant donc de tuer Monica. J’y viens, au moment culte. Donc là, gros plan bien serré tout ça sur le visage de la Deneuve (qui comprend qu’elle meurt et (sur)joue donc un visage inquiétant-énigmatique, demi-sourire machiavélique et tout le fatras). Là on sent que la Cathoche s’effondre mollement…

ET….et là je jure que j’ai (presque) pas regretté de m’être coltiné le film parce-que ce moment m’a valu un vieux fou-rire franc et sincère : il se trouve qu’un plan nous montre Deneuve tombant de ses hauteurs (à ce moment Monica se recule à peine genre ‘oup ma elle va mé tomber déssus, la vioque’) et…le moment…oh ce moment que je le chéris:

La Deneuve tombe COMME UNE MERDE.

C’est horrible….Enfin horriblement tordant. Je sais pas comment cette scène a pu être gardée, ils devaient être crevés au montage, j’vois pas. Mais comment dire? c’est presque du Jackass, quoi… La pauvre Cathoche…un vieux sac de farine qui tombe d’un trés haut camion…je visualise encore et j’en ris encore!

Comme quoi, à qui sait attendre…hein, tout ça. Mais c’est quand même pas une raison pour regarder d’aussi mauvais films. Enfin si par hasard toi qui me lis (mais QUI me lis?) tu tombes sur Canal sur ce film, si par bonheur tu vois que t’en es vers la fin, tiens bon tiens bon, la chute de Deneuve, c’est juste bon comme du bon pain.

C’est tout, allé zou, je retourne dessiner (je mettrai le dessin ici…ça donne quoi un dessin fait devant un nanar?)

Thursday bloody thursday…

Posted in Dessin+texte on novembre 22, 2007 by marina

Aujourd’hui j’ai le cafard. Gros, pesant, poisseux, poissard. J’écoute Lénonard Cohen en boucle et assez fort; tout en sachant que ça n’arrange rien à l’affaire. Mais je me sens tellement comme une sorte de baudruche trop gonflée (de larmes) que Cohen, ça sert d’exutoire…la catharsis (je me souviens de ce mot appris en cours de français…)….

Je me sens assez comme un Bill Murray assis sur un lit avec des pantoufles un peu grotesques.

                                                                18365406_w434_h_q80.jpg

Léonard Cohen perce un peu la bulle des larmes, et quand elles roulent je me sens un peu moins opressée. C’est déjà ça, c’est déjà ça….

Je ne connais pas bien l’exact pourquoi. J’en sais juste des bribes floues et fugaces. Ce sommeil omniprésent qui s’empare de moi trop souvent et trop n’importe-quand. Et le temps si gris (sommeil omniprésent, soleil omni-absent). Et même Louis qui tousse et même si c’est pas grave j’aime pas que tu tousses mon bel amour, je te veux toujours aussi en forme que le plus beau des soleils. Et aussi je me sens quelque-chose comme improductive. Je ne dessine même pas ces jours-ci.

Va falloir que je me dé-Billmurrayise, que j’enlève les pantoufles grotesques et que je me lève de ce lit, que je m’y retrouve enfin dans la traduction, que je prenne un crayon.

Hallelujah, a dit L. Cohen.

Amen, alors…

Le lundi on peut quand même parler du dimanche

Posted in Dessin+texte with tags , , , , on novembre 19, 2007 by marina

          vieux-copy.jpg

Et le dimanche, c’est médiathèque.