Thursday bloody thursday…

Aujourd’hui j’ai le cafard. Gros, pesant, poisseux, poissard. J’écoute Lénonard Cohen en boucle et assez fort; tout en sachant que ça n’arrange rien à l’affaire. Mais je me sens tellement comme une sorte de baudruche trop gonflée (de larmes) que Cohen, ça sert d’exutoire…la catharsis (je me souviens de ce mot appris en cours de français…)….

Je me sens assez comme un Bill Murray assis sur un lit avec des pantoufles un peu grotesques.

                                                                18365406_w434_h_q80.jpg

Léonard Cohen perce un peu la bulle des larmes, et quand elles roulent je me sens un peu moins opressée. C’est déjà ça, c’est déjà ça….

Je ne connais pas bien l’exact pourquoi. J’en sais juste des bribes floues et fugaces. Ce sommeil omniprésent qui s’empare de moi trop souvent et trop n’importe-quand. Et le temps si gris (sommeil omniprésent, soleil omni-absent). Et même Louis qui tousse et même si c’est pas grave j’aime pas que tu tousses mon bel amour, je te veux toujours aussi en forme que le plus beau des soleils. Et aussi je me sens quelque-chose comme improductive. Je ne dessine même pas ces jours-ci.

Va falloir que je me dé-Billmurrayise, que j’enlève les pantoufles grotesques et que je me lève de ce lit, que je m’y retrouve enfin dans la traduction, que je prenne un crayon.

Hallelujah, a dit L. Cohen.

Amen, alors…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :