En passant.

J’ai passé une nuit aux urgences du CHU de Purpan à Toulouse.Je n’en ferai pas le récit détaillé, que j’ai fait par ailleurs mais que je garde privé car il n’a pas vocation à être lu mais m’a plutôt servi d’exhutoire; non mais je veux juste dire que j’ai pensé à Michael Moore et à sa vision angélique du systéme de santé français. Ok oui j’ai rien payé. Mais disons que par exemple en attendant qu’on fasse un scanner du dedans de ma tête j’ai attendu à poil dans la blouse bleue sous un drap fin comme du papier cigarette dans une piéce congelée. J’avais beau grelotter, on m’a juste jeté dessus une sorte de tissu bleu en me disant « ah ben y a plus de couverture ». On m’a perfusée avec du chlorure de sodium en me faisant croire qu’on calmait ma douleur et on s’est moqué un peu de moi ensuite de ce petit tour de passe-passe. J’ai morflé toute la nuit avec un placebo, la douleur a fini par s’amenuiser, évidemment, au fil de longues heures et puis « ben vous voyez, on vous a même pas mis d’antalgiques et c’est passé quand même, ahah »…ok…Sans parler de l’état de la ‘chambre’ dans laquelle j’ai séjournée. On m’a objecté ‘mais non ce n’est pas sale’. Non? alors c’est quoi ces taches douteuses sur le linoléum, là? Et pourquoi on n’avait pas même pas tiré la chasse depuis la personne précédente avant mon arrivée? J’aurai la politesse de ne pas décrire ce que j’ai eu le loisir de découvrir dans la cuvette au moment où j’ai eu le malheur d’avoir envie de faire pipi… Record, en quelques heures, j’ai réussi à choper une maladie nosocomiale! Viens, Michael, Sicko c’était un chouette film, mais t’as encore des trucs à paufiner…

Bien, à part ça j’ai appelé Sébastien Folin pour me plaindre de la température, étant donné que de surcroît c’est le moment qu’avait choisi mon chauffage pour tomber en panne (mais je suis un homme un vrai et je l’ai réparé toute seule) et c’est confirmé: on est en automne, y a pas machine arrière possible. Reste que quand je repense à ma cellule à Purpan, j’arrive à relativiser. Pour le moment. C’est donc parti pour s’habiller tous comme des bibendums, avoir la goutte au nez et se frotter les mains gercées en râlant. Soit.

Ce qui m’amène à mon dernier point. Noël n’est donc finalement pas si loin. Et je suis tiraillée par une envie brûlante de lacher le morceau. Mon fils feuillette déjà les catalogues de jouets et se prend à rêver de la tenue intégrale de Jack Sparrow celle où « y a même les faux cheveux » (entre nous, c’est d’un goût..). Alors bon, je regarde avec lui, tout ça, je jette un oeil discret sur les prix. NOM DE DIEUYE! Mais ils sont marteaux ou quoi? Trois bouts de tissus, un sabre en plastique…tout ça d’euros??!! Alors je tempère « euh..oui enfin, là ça va quand même faire du gros cadeau, là…c’est à dire..c’est quand même cher, tu vois » « oui mais justement, c’est pour ça que je le commande pour Noël, parce-que c’est pas toi qui paie, c’est le Pére Noël »..ah oui, c’est vrai..le vioque..merd…euh, mais c’est à dire qu’il se fait vieux alors bon évidemment il est un peu en fin de droit puis bon ben il a une trés maigre retraite rapport à la crise financière et à la conjoncture économique générale et puis il aurait été coincé à employer des elfes recrutés aux Philippines qu’il paye..enfin qu’il récompense pas trop-trop bien alors c’est ric-rac pour lui aussi, hein… Bon ben non je peux pas dire ça.. « ouais bon ben euh..on en parlera avec papa, hein ».

Déjà qu’il a fallu aborder de plein pied la question de la mort et que je m’y suis courageusement collée avec un lexomil, du café et pas mal de cigarettes. En même temps, quand personne ne se lance, il faut bien expliquer pourquoi tel membre de la famille n’est plus jamais aux repas de famille. S’en est suivi la question de Dieu, et voilà qu’aprés le baptême de sa petite soeur, mon fils est épris de religion et veut aller à la messe parce-que « c’est chouette »…

Sinon je n’ai rien à déclarer sur Laurence Ferrari ni sur feue Lolo.

Et je dédie ce post à un jeune homme que je connais pas personnellement mais qui existe bel et bien et vit en Polynésie Française et porte le prénom véridique de « Papanoël ». Courage à toi, petit.

edit> je dédicace aussi ce post à Oriana sans qui je n’aurais pas su l’existence du pauvre petit sus-nommé et dont c’est la fête aujourd’hui, sisi puisque c’est écrit dans mon agenda de chez Carrouf (en fait ils mettent Orianne mais c’est kif-kif, moi j’dis)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :